Exposition franco-espagnol

Cette exposition, du 25 novembre au 18 décembre 2021 à la Fondation Taylor, est le fruit d’un échange entre artistes stampassins français et espagnols.
Elle est organisée conjointement par l’association française Graver Maintenant et par le groupe espagnol Edit & Co et par le CIAE (Centro de Investigacion Arte y Entorno) de l’Universitat Politècnica de Valencia (Espagne). Ce projet, qui a été commencé en 2019 et où cinquante-neuf artistes espagnols et français participent, veut mettre en valeur des signes typographiques qui, malgré leur fréquente utilisation, sont artistiquement méconnus. Parmi ceux-ci, les non alphabétiques constituent un dialecte international qui se comprend indépendamment de la langue nationale. En voici quelques exemples : astérisque (*), hashtag (#), pourcentage (%), copyright (©), esperluette (&), etc.


Les deux estampes de ma participation à cette exposition : « Subversion du cube K » et « Suversion du cube L » ont pour prétexte des manipulations avec un abécédaire utilisé dans notre enfance, le jeu de cubes. Ces deux gravures en taille d’épargne jouent avec l'intérieur et l'extérieur d'un cube, comme un clin d'œil à la géométrie de mon maître en gravure, Albrecht Dürer, artiste humaniste, citoyen européen avant la lettre, créateur de l’alphabet dont j’use ici et dont l’arobase serait peut-être le passeport.

« Subversion du cube K »

« Subversion du cube L »


Informations pratiques

Inauguration jeudi 25 novembre 2021 de 14h à 20h à la Fondation Taylor

Conférence le samedi 11 décembre 2021 à 15h, de M. Frédéric Lambert, sémiologue, professeur des Universités : « Graver Maintenant : Anthropologie et sémiotique du signe ». Conférence illustrée suivie d’un débat.

Exposition du 25 novembre au 18 décembre 2021
du mardi au samedi de 13h à 19h
Fondation Taylor (atelier dernier étage)
1 rue La Bruyère 75009 Paris
Métro Saint-Georges
Commissaires : Amparo B. Wieden pour l’Espagne
et Rosa Burdeos pour Graver Maintenant


Les commentaires sont fermés.

Fil RSS des commentaires de cet article