À propos de ce site

En 1997, être présent sur le réseau Internet (the biggest World Wide Web…) ou la « toile » afin d’y publier des images fixes, initialement conçues pour la surface plane du papier et, en outre, dessinées ou imprimées en des dimensions précisément choisies pour mettre le regard du spectateur à une distance idoine, relevait d’une gageure que « les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître… », voire d’un paradoxe en son dessein même. À cette époque reculée de l’Internet, les outils, disponibles pour le faire, étaient particulièrement abscons et rudimentaires, les vitesses de transmission des images et des pages désespérément lentes et les téléviseurs à tube cathodique, auxquels étaient assujettis la plupart des micro-ordinateurs, rendaient leur consultation peu propice à une observation soutenue des images fixes ou, s’agissant des textes, peu favorable à une lecture attentive sur la luminescence scintillante de leur paroi de verre.

Ce défi fut cependant relevé ! Une première génération d’un site personnel vit le jour sur ce réseau promis à un bel avenir universel. L’aspect graphique des quelques pages publiées sur les écrans d’alors apparaîtrait, aux yeux des visiteurs d’aujourd’hui, complètement rustique et grossier, irrémédiablement lourd et ringard. Le passage à l’an 2000 et dans le XXI° siècle n’améliora guère leur aspect. Il permit, en revanche, une notable accélération de leur vitesse d’affichage. Les pages attendues par les visiteurs pressés, qui naviguaient désormais sur un réseau doué d’une croissance exponentielle, surgissaient à l’instant même où elles étaient demandées.

En 2003, une notable part des écrans numériques commencèrent à s’aplatir et gagnèrent en fidélité ce qu’ils perdirent en encombrement. Leur définition, plus appropriée aux images qu’ils affichaient et des textes qui les entouraient, signa l’abandon inéluctable et définitif du tube cathodique chez tous les internautes, comme on les appela alors, et chez tous les spectateurs de la télévision qui allait bientôt se marier avec la « toile » pour le meilleur et pour le pire. Afin d’accompagner ce saut technologique considérable vers la haute définition et vers la diffusion continuelle, en un flux rapide et incessant, des images virtuelles, une deuxième génération de ce site fut mise en ligne

En 2005, dans la suite de la cure d’amaigrissement générale des écrans, des outils de plus en plus perfectionnés firent leur apparition. Maniant avec dextérité toutes les nuances de la couleur, jonglant avec toutes sortes d’animation, ajoutant en outre des sons dans toutes leurs profondeurs polyphoniques et que sais-je encore, ils donnaient accès à de multiples effets d’esbroufe sur ces nouveaux écrans numériques qui se répandaient à foison dans le grand public. Tout ceci m’autorisa à lui offrir une troisième génération de ce site dont l’aspect visuel correspondait, enfin, à celle d’une véritable création esthétique originale. Les images fixes et les textes qui les accompagnaient ou les précédaient étaient ainsi mieux mis en valeur.

Pendant treize ans, cette troisième génération accomplit avec diligence et robustesse son service auprès des internautes friands de mes productions. Hélas, en 2018, ceux-ci, toujours plus avides d’innovations, toutes plus performantes les unes que les autres et toutes offertes abondamment à leur tentation, ne se contentent plus de l’écran plat de leurs nuits blanches, inamovible auprès de leur micro-ordinateur. La mobilité est devenue leur lot et leur fardeau manuel. L’accessibilité, diurne et nocturne pendant tous les jours de la semaine, s’attribue la fulgurance de la lumière ! Aussi aujourd’hui, ce site s’adapte-t-il, autant que faire se peut, à tous les écrans dont usent et abusent les internautes : ceux des micro-ordinateurs fixes voué à une mort prochaine, ceux des micro-ordinateurs portables en sursis, ceux des tablettes et, surtout, ceux des téléphones élégants et intelligents qui ne quittent plus, de jour comme de nuit, les mains qui les étreignent. Même si — faut-il le souligner — dans cette adaptation, la complexité de la mise en page ou la richesse de son contenu doivent-elles en souffrir et son aspect quelque peu sacrifier à la mode du moment. Il s’agit donc ici de la quatrième génération de ce site dont personne ne peut prévoir, à l’heure de sa publication, la pérennité de son existence, nonobstant celle de l’auteur, cela va de soi *.

Toutefois, cette description rétrospective du cheminement mal aisé et sinueux du véhicule médiatique, qui constitue l’enveloppe virtuelle de ce site, ne fournit-il, aux visiteurs qui ont eu le courage de lire ces lignes jusqu’ici, aucune indication sur l’itinéraire biographique de son principal occupant et auteur. Afin de satisfaire leur légitime curiosité et calmer leur impatience — il n’en était que temps — voici, avec le lien ci-après, sous son portrait croqué par Jean Mulatier, trois versions plus ou moins brèves d’un possible parcours biographique (voir ici).


* Nota bene : le site précédent est toujours en ligne mais n'est plus mis à jour ni maintenu depuis juin 2018. Toutefois, il est toujours consultable sur un grand écran d'ordinateur portable ou non (voir ici) . Ses pages restent référencées dans les gigantesques mémoires des moteurs de recherche qui hantent avec leurs robots le réseau Internet. Cependant, peu à peu, les souvenirs conservés dans celles-ci s'estomperont, et, avec eux ces pages s'effaceront sur la toile, nonobstant l'évolution des logiciels de consultation qui ne les afficheront plus... Ainsi vont toutes choses...